La danse de la tarentule, Claire Blanchard

 

DA8F6C9C-3941-48E2-8C25-AFD5687C18DE

 

 La danse de la tarentule

Claire Blanchard

Librinova

 

Quatrième de couverture

 

Quel drame a poussé Émilie à rompre les liens avec sa famille maternelle ? Cela fait plus de vingt ans que la jeune femme n’a pas gravi les marches du manoir de son enfance, lorsque sa mère y rend son dernier souffle. 

 

Un flot d’images se déverse dans sa mémoire.

 

L’Inde, Le Croisic, Paris ; et un fil conducteur : celui que tisse obstinément une mère oppressante, imprévisible, tarentule harceleuse au venin quotidien, qui jamais ne perd de vue sa proie, centre de sa ronde maléfique, sa danse funeste.

 

Comment se construire lorsqu’une mère aimée au-delà de tout, au-delà du pire, inocule paroles et gestes toxiques que sécrète une folie sournoise et quotidienne ?

 

L’impasse d’une naissance dans l’amour maternel peut-elle interdire de renaître à la vie ?

 

Un récit poignant et percutant !

 

Ma présentation

 

Au décès de sa mère qu’elle n’a pas vu depuis vingt ans, Émilie se rend sur les lieux de son enfance. C’est là que le corps de sa mère repose. Ce pèlerinage fait remonter, en elle, tous ses souvenirs de petite fille et d’adolescente.

 

Pendant quatre ans, Émilie et son frère ont été confiés à la garde de leur grand-mère et de leur tante. Ils ont reçu une éducation très stricte. Ils souffraient de l’absence de leur mère, qu’ils ne voyaient que tous les six mois, leurs parents vivant en Inde.

 

Un évènement a modifié cette situation. Le père et la mère sont revenus en France et les enfants ont, enfin, vécu avec eux.

 

Mon avis

 

L’écriture de Claire Blanchard évolue en fonction de l’âge de la narratrice. Le vocabulaire d’Emilie s’étoffe au fur et à mesure qu’elle grandit. C’est très subtil, je ne m’en suis pas aperçue immédiatement. Quand je l’ai réalisé, j’ai été épatée par le style de l’auteure.

 

Le titre est particulièrement bien trouvé. Peu présentes et pourtant si justes, les comparaisons entre la mère d’Emilie et une tarentule correspondent à son comportement.

 

Pour être sincère, je suis sortie essorée de cette lecture. Je n’ai pas vécu tous les drames que la petite Émilie a eus, elle n’a pas vécu certaines épreuves que j’ai subies, mais j’ai reconnu mon passé dans la grande majorité des pages. Ayant lu cette histoire en numérique, j’ai surligné des pages entières qui me renvoyaient à mon histoire. J’ai lu une interview de l’auteure et elle dit que ce roman est de la fiction. J’avoue avoir été perturbée de lire une partie de ma vie.

 

Pour qui ne connaît pas ces relations familiales, le mélange de chaud-froid peut être surprenant : les insultes, puis les mots, doux, les câlins après les coups, etc.
Et pourtant, c’est ainsi que se comportent les personnes toxiques. Ceux qui ont un regard extérieur pensent que l’enfant est rebelle. Mais les apparences sont trompeuses…

 

Malgré ce que pourrait faire croire le début de ma chronique, ce livre n’est pas toujours noir. C’est vrai, certaines scènes serrent le cœur, mais les enfants ont une capacité de résilience qui leur fait vivre et savourer totalement les moments de bonheur. Émilie est intrépide. Elle a beaucoup d’imagination et fait des bêtises. De plus, comme tous les enfants malheureux, elle sait trouver des échappatoires. Aussi, la palette d’émotions est très large. On passe de l’amusement aux larmes, on rit puis on frémit de révolte.

 

La danse de la tarentule m’a fait aimer (enfin !), la petite fille et l’adolescente que j’ai été. J’ai pleuré avec elle et j’ai eu envie de lui parler et de la rassurer. Merci, Claire Blanchard.

 

Je remercie sincèrement Claire Blanchard pour ce service presse.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s