La dédicace, Leïla Bouherrafa

La dédicace

Leïla Bouherrafa

Éditions Allary

Quatrième de couverture

Son premier roman part à l’imprimerie, et elle ne sait pas à qui le dédicacer…

 

Une jeune femme s’apprête à publier son premier roman. Elle vit seule, son téléphone ne vibre pas, elle a de plus en plus de mal à aimer sa mère. À qui pourrait-elle dédicacer son livre ? Son éditrice lui donne trois jours pour trouver. Férocement drôle et émouvant, la dédicace est l’histoire d’une quête sentimentale dans un Paris peuplé de solitudes.

Mon avis

Le premier roman d’une jeune femme va être publié. Elle a trois jours pour trouver la dédicace de son livre, avant qu’il parte à l’imprimerie. Or, elle ne sait pas à qui dédier son ouvrage.

Le thème du livre m’attirait énormément et les premiers chapitres m’ont laissé penser que j’allais aimer La dédicace. Or, c’est le contraire qui s’est produit.

En effet, j’en suis arrivée à détester l’héroïne, à ne plus la supporter. Elle porte un regard très négatif sur son environnement et les gens, qui m’a même semblé souvent méprisant. J’ai trouvé ce roman très noir, alors que la situation ne s’y prêtait pas vraiment.

Certains passages m’ont dérangée. Lorsque la jeune femme dit qu’elle estime avoir eu l’enfance la plus chaotique qu’un enfant puisse avoir, elle m’a mise en colère. Les raisons invoquées m’ont donné envie de lui expliquer ce qu’était une enfance vraiment chaotique. Une scène m’a donné littéralement des hauts de cœur et je me suis interrogée sur la nécessité d’une description aussi détaillée. Certains mots crus m’ont donné la sensation de ne rien apporter à l’histoire et de gâcher la narration.

Par contre, je dois reconnaître que j’ai aimé certains passages. Une conférence au salon du livre de Brive m’a amusée. J’ai aussi aimé la fin qui m’a parue réussie.

Peut-être n’ai-je pas compris un second degré ou l’objectif de l’auteure, mais malheureusement, malgré un thème intéressant, un début qui semblait prometteur et une fin réussie, La dédicace est une déception pour moi. Je n’ai pas aimé l’angle choisi par Leïla Bouherrafa.

Je remercie NetGalleyFrance et les Éditions Allary pour ce service presse.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s