La dictatrice, Irène Adolphe

La dictatrice

Irène Adolphe

Publishroom

Présentation éditeur

Mais qui est Irène Adolphe ?
Témoin engagée de son époque guidée par les idées d’humanisme et de leadership, Irène Adolphe porte un regard aiguisé sur la scène politique internationale. À travers le destin incroyable d’une jeune étudiante française, l’auteure parvient à dresser un portrait sans concession de notre société.
Une fiction politique ? Une dystopie ? Un roman aux accents prémonitoires ?
Si La dictatrice souffle une réponse, c’est bien le lecteur qui aura le dernier mot.

—-

Quand le président américain n’est plus en mesure d’assurer ses fonctions, qui gouverne ? Son vice-président.

Quand le président Français n’est plus en poste, qui le remplace ? Le président du sénat.
Mais quand un dictateur décède, qui prend sa succession ?

Delphine Duvauchelles est une simple étudiante à la Sorbonne lorsqu’elle décide d’abandonner ses études pour suivre son mari, un révolutionnaire à la reconquête de son pays. Lorsque celui meurt prématurément, elle se retrouve à sa place, aux commandes d’un Etat dont elle ignore tout. Obligée de défendre son pays d’adoption, elle devra apprendre à faire face à ses ennemis, combattre le terrorisme, et lutter au nom de la souveraineté nationale.

Mais comment se battre pour un rêve lorsqu’on est entouré de traîtres et d’autorités mondiales plus puissantes les unes que les autres ?

Mon avis

Delphine, étudiante française suit son mari, un révolutionnaire qui veut commettre un putsch dans son pays d’origine : le Wesperia. Une fois au pouvoir, son époux devient un dictateur. A la mort de son dernier, la jeune femme prend la tête du pays.

Alors que le livre commençait comme un roman d’aventures, la suite nous plonge dans la réflexion. Delphine veut changer les choses dans son pays d’adoption. Elle désire que le peuple se sente bien et en confiance pour créer. Elle ne veut pas dépendre de la suprématie des grands pays occidentaux, qui convoitent le pétrole Wesperien. Elle va transformer le pays (eau potable pour tous, création d’écoles, etc.) et avoir l’adhésion de la population. Elle doit faire face aux stratégies des pays frontaliers, etc. Cette partie est emplie d’humanité qui fait réfléchir à notre modèle social, économique, etc.

Ensuite, le roman bascule dans une satire politique. Comment ne pas reconnaître notre Président dans le Président français dans La dictatrice. La ressemblance ne s’arrête pas qu’aux initiales : Eugène Marcellin. J’ai été surprise lorsque j’ai vérifié la date de publication de ce livre : le 20 octobre 2018. Or, certains passages m’ont énormément rappelé le climat social et politique de ces derniers mois dans notre pays. Certaines scènes provoquent le sourire, d’autres font rire jaune.

La dernière partie est plus glaçante. Non seulement par les évènements tragiques qu’y s’y déroulent, mais aussi par la vision de l’auteure qui fait froid dans le dos.

Conclusion

J’ai passé un excellent moment avec ce livre. Il est très complet avec son mélange des genres. L’humanité se confronte au pouvoir de l’argent, l’intérêt politique à celui du peuple. Après cette lecture, on peut se demander quelles sont les véritables définitions d’une dictature et d’une démocratie.

Les complots, le suspense, les rebondissements, les aventures m’ont embarquée. L’humanité et le portrait de nos sociétés m’ont fait réfléchir. Certaines scènes satiriques m’ont fait rire. J’ai énormément aimé La dictatrice.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s