Le sang du monstre, Ali Land

Le sang du monstre

Ali Land

Éditions Sonatine

Quatrième de couverture

  «J’ai raconté l’histoire, encore. Et encore. Je leur ai tout raconté. Enfin. Presque tout.»

 

Après avoir dénoncé sa mère, une tueuse en série, Annie, quinze ans, a été placée dans une famille d’accueil aisée, les Thomas-Blythe. Elle vit aujourd’hui sous le nom de Milly Barnes et a envie, plus que tout, de passer inaperçue. Elle a néanmoins beaucoup de difficultés à communiquer avec les ados de son âge et préfère les enfants plus jeunes, plus particulièrement une petite fille vulnérable du voisinage. Sous son nouveau toit, elle est la proie des brimades de Phoebe, la fille des Thomas-Blythe, qui ignore tout de sa véritable identité. À l’ouverture du procès de la mère de Milly, qui fait déjà la une de tous les médias, la tension monte d’un cran pour la jeune fille dont le comportement va bientôt se faire de plus en plus inquiétant.

Mon avis

Annie, quinze ans, a dénoncé sa mère, une tueuse en série d’enfants. Cette dernière est arrêtée et l’adolescente est placée en famille d’accueil. Afin que le lien ne se fasse pas entre la meurtrière et elle, son identmité est changée. Elle devient Milly.

Ce n’est pas facile pour Milly. Elle va au même lycée que Phoebe, la fille de la famille qui l’accueille, or cette dernière est déterminée à lui faire vivre un enfer. De plus, elle doit, prochainement, témoigner contre sa mère, le seul repère qu’elle a toujours eu. Elle a aussi très peur que l’on découvre son identité. Enfin, elle se questionne beaucoup. Peut-on être différent du monstre qui nous a mis au monde ?

Ce thriller est écrit à la première personne. Nous sommes dans la tête de Milly. Elle revient sur son passé, par bribes, décrit son nouveau quotidien et livre certaines de ses pensées.

Une mère reste une mère. Le lien ne se défait pas juste par l’éloignement. Milly entend sa mère dans sa tête. C’est une lutte entre ses sentiments filiaux et le rejet des monstruosités que sa génitrice a faites, et entre sa culpabilité d’avoir parlé et celle d’être la fille du monstre.

C’est un thriller psychologique addictif. On navigue entre empathie et répulsion, entre certitudes et doutes, entre espoir et crainte.

Milly raconte son passé, mais aussi sa nouvelle vie. « J’ai raconté l’histoire, encore. Et encore. Je leur ai tout raconté. Enfin. Presque tout. » Quel est ce « presque tout » ?

Pourquoi ais-je eu cette sensation de malaise ? Pourquoi j’ai eu l’impression d’être sur le fil ? Qu’est-ce qui explique ce récit dérangeant ? Vous le saurez en lisant Le sang du monstre. C’est un suspense psychologique qui tient en haleine. Nous sommes plongés dans l’esprit d’une adolescente de quinze ans et c’est incroyablement bien rendu. Tous les personnages ont quelque chose à cacher, les apparences ne montrent pas tout.

J’ai adoré Le sang du monstre que j’ai dévoré.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s