Les loyautés, Delphine de Vigan

190E0E4C-5AB8-4B82-937B-76B83431D764

 

Les loyautés

Delphine de Vigan

Éditions JC Lattès

 

Quatrième de couverture

 

Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d’innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ?

 

Mon avis

 

La loyauté envers soi-même : envers l’enfant que l’on a été et qui a souffert.

La loyauté familiale : envers le parent défaillant et qui provoque un mal-être.

La loyauté maritale : envers un conjoint dont le comportement nous révulse.

La loyauté amicale : envers un ami qui a des conduites à risques, mais à qui on a promis de garder ses secrets.

La loyauté viscérale : envers sa rancoeur que l’on n’arrive pas à surmonter.

La loyauté sociale : celle qui nous fait intégrer les codes d’un milieu.

 

Les loyautés « ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres, […] des promesses que nous avons murmurées ou dont nous ignorons l’écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes […] Ce sont les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves. » (prologue)

 

Elles sont porteuses des meilleures intentions, mais peuvent avoir des conséquences heureuses ou dramatiques. Elles permettent à un enseignant d’être attentif à la détresse d’un élève, mais elle empêche un copain ou un proche d’alerter pour aider une personne en détresse. Mais lorsque l’on est jeune, une promesse de ne rien révéler n’est-elle pas parole sacrée ? On se débat avec un conflit intérieur. En tant qu’adulte, est-on prêt à prendre le risque de faire s’effondrer une vie construite ?

 

Et lorsqu’aucun signe ne confirme ce que l’on soupçonne ce que l’on est la seule à redouter, n’est-ce pas notre passé qui nous influence ? Mais n’est-ce pas préférable de se tromper que de ne rien faire ?

 

Le sujet de ce livre m’a particulièrement touchée. Il a fait énormément résonance en moi. J’aime à penser qu’il existe des personnes comme Hélène, un des personnages, à qui je me suis énormément attachée. Ses réactions pourraient être miennes.

 

L’écriture de Delphine de Vigan m’a embarquée. J’ai regardé les protagonistes se débattre avec leurs loyautés. J’ai voulu entrer dans le roman et leur insuffler de l’aide. Ce roman est puissant, il provoque un débat intérieur, les mots sont allés chercher, au fond de moi, ce que je ressens viscéralement face à des situations analogues.

 

J’ai fait rire mon mari quand j’ai lu le dernier chapitre, car je me suis écriée : « ah non, elle ne peut pas me faire ça. » Sans le final qui m’a laissée sur ma faim, c’est le cas de le dire, ce livre aurait été un immense coup de cœur. Mais, malgré cette fin, c’est un livre qui m’a remuée et que j’ai adoré.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s