Ana et le temps d’aimer, Marie-Claude Gay

98715DA0-EA79-48CE-B072-F0A53C356D85

 

Ana et le temps d’aimer

Marie-Claude Gay

Éditions De Borée

 

Mon résumé

 

Ana et son mari sont unis civilement. Ils partent, en bateau, à Ushuaïa, afin qu’Ana revoit les siens. Son époux lui a réservé une surprise : un mariage religieux parmi les siens. Nous sommes en 1922, en plein cœur des années folles.

 

Mon avis

 

Volontairement, je n’ai pas mis la quatrième de couverture, qui, à mon goût, en dit beaucoup trop sur cet opus. Par chance, je ne l’avais pas lue, puisque je savais avec certitude que je voulais lire la suite du roman Les folles années d’Ana, qui avait été un de mes gros coups de cœur 2017. Je ne vous dis pas, non plus, le nom du mari d’Ana, car si vous souhaitez lire le premier tome, cela gâcherait votre surprise.

 

J’étais très heureuse de retrouver Ana. Elle a bien changé, elle a beaucoup mûri. Lors de la traversée en bateau, alors que sa vie a trouvé une stabilité, elle n’oublie pas son vécu et s’exprime sur les injustices. Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense de l’esclavage. L’émancipation de la femme est aussi un sujet qui lui tient à cœur. Elle prend conscience que les inégalités entre l’homme et la femme ne sont pas que dans la société. Elles sont aussi ancrées dans le couple. Un homme se permet des comportements que l’on n’accepte pas de la part d’une femme. Ce qui est troublant, c’est que nous sommes en 1922 et je ne peux l’empêcher de faire le parallèle avec notre époque. Un siècle plus tard, certaines mentalités n’ont pas tellement évolué.

 

Pendant ce périple maritime, Ana vit des péripéties pendant lesquelles elle montre quelle femme elle est. Elle révèle qu’elle est une femme de caractère, avec le cœur sur la main. Elle fait des rencontres qui bouleverseront sa vie par la suite.

 

Lors de son retour en France, notre héroïne subit des épreuves. Je me suis aperçue que c’était dans l’adversité que je m’attachais le plus à Ana. Elle affronte les difficultés avec flamboyance et beaucoup de courage. Elle démontre les ressources qu’elle possède et qui l’empêchent de s’effondrer.

 

Conclusion

 

Ana et le temps d’aimer, de prime abord, peut sembler comporter moins de rebondissements que Les folles années d’Ana. Cependant, à distance de la lecture, j’ai pris conscience que la traversée en bateau, pendant laquelle l’action peut sembler plus lente, est extrêmement importante. En effet, c’est dans ce voyage que les drames qu’Ana vivra, en France, trouvent leur genèse. 

 

La personnalité d’Ana est très bien dépeinte, c’est une femme emplie d’innocence et de modernisme à la fois ; une femme avec ses ambivalences.
Mon seul regret est que les retrouvailles d’Ana, avec ses proches, ne soient pas plus développées.

C’etait un vrai bonheur de retrouver ma chère Ana.❤️

 

Je remercie sincèrement Virginie des Éditions De Borée pour ce service presse.

 

De la même auteure

 

Les folles années d’Ana

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s