Une fille modèle, Karin Slaughter

Une fille modèle

Karin Slaughter

Éditions HarperCollins

Quatrième de couverture

Il n’est pas toujours sage de garder un secret.

Le 16 mars 1989, deux hommes masqués se sont introduits dans la maison qu’occupaient la femme et les deux filles de Rusty Quinn, avocat de la défense dans la petite ville de Pikeville. Sam a reçu une balle en pleine tête et Charlie a échappé à un viol. Leur mère est morte. 28 ans plus tard, les deux sœurs ont gardé des séquelles de leur agression. Toutes deux devenue avocates, elles n’ont plus aucun lien. Restée à Pikeville, Charlie est témoin d’un crime dans son ancien collège. Kelly Wilson, adolescente de 17 ans, tue à l’arme à feu le proviseur et une enfant. Charlie et son père n’ont plus qu’un seul recours : Sam. Elle accepte de se pencher sur le cas Kelly. À contrecœur. Parce qu’elle sait que revenir à Pikeville c’est aussi affronter le jour où le destin de la famille Quinn a basculé pour toujours.

Mon avis

Je suis une fan inconditionnelle de Karin Slaughter, or, je dois avouer que je suis entrée tardivement dans l’histoire. Pour être précise, le début commence très fort, mais ensuite, pour moi, le soufflé retombe. J’ai eu des moments pendant lesquels je décrochais et je m’ennuyais un peu. Mon attention était fluctuante.

J’ai mis beaucoup de temps à apprécier les personnages. Je pense même ne pas avoir ressenti beaucoup d’empathie envers les deux sœurs Charlie et Sam, qui ont pourtant vécu de grandes souffrances. J’ai eu la sensation de les observer de très loin, pendant une grande partie du livre.

Pourtant, leur personnalité est très travaillée. Leur passé est très détaillé. L’auteure alterne entre le présent et le passé. J’ai, très longtemps, eu du mal à cerner le lien entre les deux et j’avais une sensation de longueurs. Je pense que cette impression est aussi renforcée par le fait que certains évènements sont racontés plusieurs fois. Des personnages différents racontent la même journée, avec leur appréhension propre et cela crée, parfois, des redondances.

Mais heureusement, la dernière partie de ce thriller compense les éléments qui m’ont déçue. De nombreux rebondissements, des twists que je n’ai pas vus venir m’ont tenue en haleine. J’ai, enfin, compris ce qui reliait les drames du présent et du passé. Les personnages me sont apparus sous un autre jour, je me suis sentie plus proche d’eux. Des thèmes forts sont développés. J’ai retrouvé tout ce que j’aime chez Karin Slaughter. La fin est devenue un page-turner.

Bien qu’Une fille modèle ne soit pas mon préféré de Karin Slaughter, elle reste une de mes auteures de thrillers préférées. J’adore sa série Grant County.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s