K.O, Hector Mathis

K.O.

Hector Mathis

Éditions Buchet-Chastel

Présentation éditeur

Sitam, jeune homme fou de jazz et de littérature, tombe amoureux de la môme Capu. Elle a un toit temporaire, prêté par un ami d’ami. Lui est fauché comme les blés. Ils vivent quelques premiers jours merveilleux mais un soir, sirènes, explosions, coups de feu, policiers et militaires envahissent la capitale. La ville devient terrifiante…
Bouleversés, Sitam et Capu décident de déguerpir et montent in extremis dans le dernier train de nuit en partance. Direction la zone – « la grisâtre », le pays natal de Sitam. C’est le début de leur odyssée. Ensemble ils vont traverser la banlieue, l’Europe et la précarité…
Nerveux, incisif, musical, K.O. est un incroyable voyage au bout de la nuit. Ce premier roman, né d’un sentiment d’urgence radical, traite de thèmes tels que la poésie, la maladie, la mort, l’amitié et l’errance. Il s’y côtoie garçons de café, musiciens sans abris et imprimeurs oulipiens. Splendide et fantastique, enfin, y règne le chaos.
Né en 1993, Hector Mathis grandit aux environs de Paris entre la littérature et les copains de banlieue. Écrivant sans cesse, s’orientant d’abord vers la chanson, il finit par se consacrer pleinement au roman. Frappé par la maladie à l’âge de vingt-deux ans, il jette aujourd’hui l’ensemble de ses forces dans l’écriture.

Mon avis

Cela fait dix jours que je tourne autour de cette chronique et que je n’arrive pas à l’écrire.

Aujourd’hui, je suis encore incapable de dire si j’ai aimé ou pas ce livre.

À certains moments, j’étais subjuguée par l’écriture que je trouvais très percutante et poétique, puis, lorsque le monologue durait sur plusieurs pages, j’étais envahie par la lassitude.

Certains passages ont retenu mon attention, en particulier lorsqu’il y avait de l’action, mais d’autres ne me captivaient pas, je ne voyais pas où l’auteur voulait en venir.

Je n’ai pas eu vraiment d’attachement aux personnages, aussi, je suis restée en dehors de l’histoire. Il n’y a que la fin qui m’a beaucoup touchée et émue.

Je pense que c’est la première fois que cela m’arrive, dans ma vie de lectrice, mais j’ai eu l’impression de ne pas avoir compris l’histoire. Je me suis beaucoup questionnée sur ce livre. En effet, certains éléments de ce livre sont restés opaques pour moi, je n’ai pas saisi le sens.

Je remercie beaucoup les Éditions Buchet Chastel et Netgalley pour ce service presse et je suis vraiment désolée de ne pas réussir à en dire plus sur K.O.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s