La gloire des maudits, Nicolas d’Estienne d’Orves

 

IMG_2953

 

La gloire des maudits

Nicolas d’Estienne d’Orves

Editions Albin Michel

 

Présentation éditeur

 

Fille d’un collaborateur exĂ©cutĂ© sous ses yeux Ă  la LibĂ©ration, Gabrielle Valoria doit Ă©crire la premiĂšre biographie de Sidonie Porel. Mais qui est vraiment Sidonie Porel ? La plus cĂ©lĂšbre romanciĂšre de son Ă©poque ou une imposture littĂ©raire ? Une grande amoureuse ou une manipulatrice ?
En plongeant dans le passĂ© de cette femme qu’elle craint et qu’elle admire, Gabrielle dĂ©couvre un univers oĂč grouillent les menteurs et les traĂźtres. Écrivains, politiciens, journalistes, prostituĂ©es, grands patrons : tous cachent un secret qui tue


 

Dans Les FidĂ©litĂ©s successives (Prix Cazes-Lipp), Nicolas d’Estienne d’Orves explorait les ambiguĂŻtĂ©s de l’Occupation, avec La Gloire des maudits, il s’attaque aux mensonges de l’aprĂšs-guerre. Ce tableau romanesque d’une France au lendemain du chaos, oĂč l’on croise les grandes figures du Paris intellectuel et artistique des annĂ©es 1950, montre que le passĂ© nous rattrape toujours et que les guerres ne se terminent jamais.

 

Mon avis

 

Je pense que Nicolas d’Estienne d’Orves doit ĂȘtre un amoureux de la langue française. GrĂące Ă  ses tournures de phrases et le vocabulaire qu’il utilise, il montre toute la beautĂ© de notre langue, il la sublime. Je suis amoureuse de l’écriture de cet Ă©crivain.

 

La gloire des maudits est une fresque historique se dĂ©roulant aprĂšs la guerre. Cependant, l’auteur le fait sous un angle peu courant, il parle de ceux qui se sont rachetĂ©s une conduite, ces partisans avec l’occupant qui, peu avant la guerre, ont effacĂ© leurs actes et se sont faits passer pour des rĂ©sistants. C’est effarant.

 

Nicolas d’Estienne d’Orves dĂ©montre Ă©galement toute l’ambiguĂŻtĂ© de cette Ă©poque, lorsque cette France qui a souffert se retrouve le bourreau de ceux qui se sont mal comportĂ©s pendant la guerre ou ont profitĂ© des largesses des Allemands. Une fois encore, il montre que tout n’est pas tout blanc ou tout noir et pousse Ă  la rĂ©flexion sur cette pĂ©riode. Le besoin de justice peut pousser Ă  commettre des actes se rapprochant de ceux des personnes jugĂ©es. La recherche de vĂ©ritĂ©, combinĂ©e au besoin d’argent, peut aussi entraĂźner des comportements dĂ©rangeants.

 

Le milieu littĂ©raire est trĂšs Ă©gratignĂ©. En tant que lectrice, je me suis interrogĂ©e sur la part de vĂ©ritĂ© et j’ai beaucoup aimĂ© la plume incisive, ironique et emplie d’humour de ces passages.

 

La gloire des maudits mĂȘle la rĂ©alitĂ© Ă  la fiction, des personnages rĂ©els aux personnages imaginaires. Sidonie Porel, une hĂ©roĂŻne crĂ©Ă©e pour ce livre, cĂŽtoie Cocteau, Gaston Gallimard, Françoise Giroud, François Mauriac, etc. et leurs relations s’imbriquent parfaitement.

 

 Les histoires s’emboĂźtent Ă©galement. À chaque fois que l’auteur fait une rĂ©vĂ©lation sur un personnage, celle-ci ouvre la porte Ă  un nouveau mystĂšre. J’ai eu la sensation de poupĂ©es gigognes qui relançaient l’intrigue. Car, bien que La gloire des maudits soit un roman historique, il est rempli de suspense qui en fait un page-turner. Je dois quand mĂȘme reconnaĂźtre qu’un peu avant la fin, j’ai Ă©tĂ© un peu moins dans l’histoire. Cependant, je n’arrive pas Ă  analyser si cela vient de l’histoire ou pas. En effet, c’est une partie que j’ai lue Ă  un moment de stress. Puis, le cĂŽtĂ© addictif est revenu.

 

Je n’ai pas eu les rĂ©ponses Ă  certaines de mes questions. Peut-ĂȘtre dans le prochain livre ?

 

Conclusion

 

La gloire des maudits confirme mon enthousiasme pour Nicolas d’Estienne d’Orves. Il a une plume incisive et sublime, qui met en valeur la langue française. J’aime beaucoup l’originalitĂ© des angles utilisĂ©s dans ses romans. Le terme qui me vient en tĂȘte, est un « franc-parler », qui lui donne l’audace de parler des sujets que l’on cache, qui sont une part honteuse de notre histoire. Nicolas d’Estienne d’Orves a aussi un trĂšs grand talent pour Ă©crire des histoires que l’on voit dĂ©filer dans notre imaginaire. J’ai vu les lieux, les personnages et l’époque dans ma tĂȘte. J’ai Ă©tĂ© transportĂ©e dans le Paris des annĂ©es 50 et j’ai cĂŽtoyĂ© les personnages de La gloire des maudits.

 

Du mĂȘme auteur

 

Les fidĂ©litĂ©s successives (cliquez sur le titre)

 

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s