On la trouvait plutôt jolie, Michel Bussi

On la trouvait plutôt jolie

Michel Bussi

Presses de la Cité

Résumé 

Leyli, mère de trois enfants (Bamby, Alpha et Tidiane), est une africaine vivant en France. Au début du livre, nous assistons à sa tentative d’obtenir, auprès des HLM, un appartement plus grand. En effet, à quatre dans un F1, ce n’est pas vivable. Elle espère que cette énième demande sera la bonne. Surtout qu’elle vient de décrocher un CDI, en tant que femme de ménage dans un hôtel.
Un meurtre est commis dans un hôtel Red Corner. Une jeune femme ayant un pseudo Bambi13 sur Facebook est soupçonnée…

Mon avis

Je crois que je suis devenue très exigeante. Je n’avais lu que quelques pages, même pas dix, et j’ai pensé que je rentrais moins vite dans l’histoire que dans les autres livres de Michel Bussi. 😂 Quelques pages plus loin, j’étais prise au piège.

Ce livre est addictif pour plusieurs raisons. En voici quelques-unes :

– La chronologie, tout d’abord : A 9h20, nous suivons Leyli, à 9h27, nous allons suivre les enquêteurs, puis à un autre horaire, ce sera Bamby, puis son frère, etc…
– Le mélange de genres. Le livre alterne entre du suspens, quand des meurtres se produisent, de l’émotion quand Leyli raconte ce qu’elle a vécu de son enfance, en Afrique, jusqu’à son arrivée en France, de la prise de conscience quand Michel Bussi nous décrit le business et le calvaire des migrants, etc…

– Les personnages. Il y a ceux à qui on s’attache, ceux que l’on déteste, ceux de qui on se méfie, ceux au sujet de qui on se trompe, etc…

– les sujets abordés qui collent si bien à l’actualité. La façon de les traiter nous fait réfléchir.
– l’histoire en elle-même. On veut comprendre et on croit y arriver…

…Jusqu’à ce que l’auteur nous fasse ses révélations.
Je peux vous dire que j’ai été bluffée ! Trois fois de suite ! Je n’ai rien vu venir. C’est ce qui fait que cette chronique est si difficile à écrire. Je ne veux rien vous révéler, afin que vous puissiez être à votre tour, ébahi par le talent de Michel Bussi, qui sait si bien nous retourner le cerveau.
Ce livre m’a laissée pantelante. Continuez à écrire, Monsieur Bussi, on aime se faire avoir par vous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s