Pour que la mort ne crie pas victoire, Alexis Ruset

Pour que la mort ne crie pas victoire

Alexis Ruset,

Éditions Zinedi

Présentation éditeur

Juste avant la guerre de 14, un Alsacien qui fuit les exactions des Allemands occupant son pays arrive dans un hameau reculé des Vosges. Différent, il se trouve en butte à l’hostilité et à la méfiance des paysans superstitieux ainsi qu’à la haine du vétérinaire, qui voit d’un mauvais œil ce rebouteux guérir des bêtes qu’il n’a pas su soigner. Seul le forgeron, homme solide et droit, et sa famille lui offrent leur amitié. Une fois la guerre déclarée, les habitants vont profiter d’une occupation temporaire de leur village par l’armée allemande pour le dénoncer et se réjouir de son exécution. Depuis le front où il se bat, le forgeron, ami du « petit homme » va exiger réparation.

Dans ce roman, Alexis Ruset nous fait pénétrer dans le quotidien et les mentalités de la vie rurale du début du XX e siècle et, en parallèle, dans celui des soldats engagés dans cette interminable guerre des tranchées. Il y parle de peur, de lâcheté, d’intolérance, thèmes ô combien universels, qui conduisent les hommes à commettre le pire. Cependant, derrière le tragique se dessine l’espoir, car c’est aussi d’amour et d’amitié qu’il s’agit.
Un roman bouleversant, saisissant de vérité, aux accents lyriques et poétiques.

Alexis Ruset est lauréat du prix des postiers écrivains 2018 avec son roman Pour que la mort ne crie pas victoire. Le prix lui a été remis le 16 janvier 2018 par Philippe Wahl, président du groupe La Poste, et Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances.

Ce roman a reçu le Prix du jury 2018 premier roman de la ville de Mennecy à l’occasion du salon du livre et de la BD Ile de France les 2 et 3 février, dont la marraine était Mireille Calmels.

Mon avis

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai vécu cette lecture de la même manière que j’écoute une chanson pour la première fois : durant les deux premiers chapitres, je me suis dit que je ne savais pas si j’aimais ou pas. Ensuite, vient le moment dans la chanson où je me dis qu’elle commence à me plaire et qu’elle plaira à d’autres. Puis, peut arriver l’instant où je me dis que j’aime cette mélodie. Et quand c’est la fin de la chanson, j’aimerais qu’elle continue, le final est une apothéose. C’est ce que j’ai ressenti avec « Pour que la mort ne crie pas victoire ».

L’histoire se passe pendant la guerre de 14/18, dans un village des Vosges, La Harpaille. Un petit homme de un mètre quarante, qui cumule les disgrâces physiques, qui parle alsacien, concentre les peurs et les haines du village. C’est un rebouteux qui fait de l’ombre à Désiré, le vétérinaire. Ce dernier va profiter de l’arrivée des Allemands pour faire disparaître son concurrent. Cependant, il a oublié de prendre en compte l’amitié d’Octave pour le « Petit homme » le forgeron apprécié de tous. Celui-ci est au front lorsque les faits se passent…

Pendant les deux tiers du livre, le texte est brut. C’est-à-dire que l’auteur ne dit pas si tel personnage est gentil ou méchant, s’il faut l’aimer ou pas. Il vous dit ce qui se passe et vous vous faites votre opinion. Quand un personnage meurt, sa mort est décrite, tout simplement. Alexis Ruset ne vous dit pas s’il faut être triste ou pas. C’est vraiment une force de ce livre, je me suis attachée à des personnages, sans m’en apercevoir. Le lecteur se fonde sur des actes pour éprouver des sentiments positifs ou négatifs envers ceux qui les commettent. Ce n’est que dans la dernière partie, que l’auteur parle vraiment de sentiments. Tout cela contribue à créer une tension dans le récit, mais aussi à une ascension des sentiments pour atteindre un final qui étreint le cœur.

Il m’a fallu deux chapitres pour entrer dans l’écriture de l’auteur, mais ensuite, je me suis laissé emporter. Le style est recherché, mêlé à du patois vosgien (qui est traduit en bas de page😀). L’auteur s’amuse avec la langue française. Voici des exemples : « Il n’était pas devin, lire dans le marc de café n’était pas sa tasse de thé. » Ou « Embobinées par ses boniments, elles s’arrachaient les médailles religieuses qu’il vendait sans scrupule à leur crédulité. » Ou encore, cette phrase qui m’a amusée : »C’est lui qui avait accroché la carcasse au travail à ferrer, porter celle du réprouvé est pour lui un moyen de se décarcasser. »

Ce livre dépeint la vie pendant la guerre, que ce soit au front ou à l’arrière. Il parle de jalousie, de rejet de la différence, de cupidité, de haine, de vengeance, de l’horreur de la guerre, de la vie dans les tranchées; mais aussi de remords, de justice, de réhabilitation, de solidarité, d’amitié, d’amour et de bonté. Et tout cela en seulement 216 pages.

Extrait

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s